jeudi 9 juillet 2020

Le photographe ukrainien Vyacheslav Mishchenko, 48 ans, photographie des mondes macro depuis toujours


Un photographe ukrainien capture un monde magique d’escargots dans des incroyables photos macro.

Avez-vous déjà vu des escargots s’embrasser passionnément ? Vous seriez surpris de voir à quel point la scène semble romantique, surtout lorsqu’ils s’étirent l’un vers l’autre sur des tiges de cerises au milieu d’une rivière tranquille.


« Je photographie tous les insectes, mais les escargots ont particulièrement touché mon cœur. Je pense que les escargots sont tout simplement extraordinaires, non seulement par leur forme et leur aspect, mais aussi par leur beauté et leur comportement. Ce sont des créatures magiques pour moi », a déclaré Mishchenko à Bored Panda. « Je prend en photo tous les insectes dans leur habitat naturel. Toutes les histoires que vous voyez dans mes photos existent dans la nature. C’est une question de chance d’être au bon endroit au bon moment. Mon but est de montrer la beauté du monde qui nous entoure »




Découvrez le travail de M. Mishchenko sur sa page Facebook :Vyacheslav Mishchenko @snails.space

(source : buzzpanda) 

La légende de Beowulf (Beowulf)



En ces temps lointains, les sauvages contrées du Nord de l'Europe étaient peuplées de héros et de monstres, et des hommes audacieux, taillés pour la lutte et les conquêtes, pouvaient encore se forger des destins d'exception.
Le plus glorieux d'entre ces aventuriers fut le Viking Beowulf, qui surgit un beau jour pour sauver le vieux roi Hrothgar et ses sujets des assauts d'une féroce créature. Son nom devint vite légendaire à travers le royaume et, partout, l'on chanta sa bravoure face au maléfique Grendel. Beowulf ne devint pas seulement célèbre, mais riche. Et avec la richesse vinrent bientôt de dangereuses tentations et une inextinguible soif de pouvoir. Car le héros était aussi humain, trop humain, sans doute, et le guerrier plus avide, plus ambitieux et bien plus faillible qu'on ne l'imaginait... 

Mon avis : Tout d'abord, je tiens à préciser que le film est réalisé  selon le procédé de performance capture donc, si au début on ne sait pas que le film est fait par ce procédé, on peut être étonné dès les premières images. J'ai trouvé cela vraiment très bien fait surtout, que l'on arrive à reconnaître certains acteurs notamment, Anthony Hopkins qui incarne le Roi.
Quant à l'histoire, je l'ai trouvé assez intéressante et elle nous plonge dans un univers héroïc-fantasy que j'ai bien apprécié. Les décors et les effets également sont très agréables à regarder. Il faut dire que l'on voit peu de films de ce genre malheureusement.
En conclusion, je m'attendais pas à ce que ce film me plaise autant car, j'avais eu pas mal d'avis mitigés à son sujet et au final, j'ai passé un très bon moment devant. 

mardi 7 juillet 2020

L'Associé du Diable (The Devil's Advocate)



Kevin Lomax, jeune et brillant avocat de Floride, va perdre ses illusions quand un grand cabinet de New York va l'approcher et lui confier des affaires. Le patron, Milton, s'intéresse à lui et lui confie les plus gros dossiers. 

Mon avis : Avant de visionner le dvd, je pensais avoir déjà vu ce film et en fait non ! Voilà un film devant lequel j'ai passé un bon moment et pourtant, j'ai parfois dû mal avec  Keanu Reeves mais bon, j'aime beaucoup Al Pacino et je dois dire qu'ici il est très bon encore une fois. Sinon, Charlize Theron est vraiment superbe aussi, d'ailleurs il va falloir que je regarde plus de films où elle joue dedans.
Côté scénario, il est plutôt bien construit, il n'y a pas de temps mort et la fin est bien réussie même si, j'ai trouvé quelques passages un peu ambigües.
Bref, "L'Associé du Diable" décrit très bien la vanité humaine à travers le personnage Kevin Lomax (Keanu Reeves).

lundi 6 juillet 2020

Manipulations (Misconduct)



Ben est un jeune et ambitieux avocat travaillant pour le cabinet dirigé par Abrams. Il se met en tête d'attaquer le dirigeant d'un important groupe pharmaceutique et se retrouve alors impliqué dans une spirale de chantage et de corruption. Une entrée brutale dans la cour des grands dont il ne pourra sortir indemne. 

Mon avis : Tout d'abord je tiens à dire que j'adore les acteurs Al Pacino et Anthony Hopkins donc, quand j'ai vu ce dvd en occasion, je n'ai pas hésité à l'acheter. De plus, le scénario est intéressant puisqu'Arthur Denning (Anthony Hopkins), dirigeant d'un groupe pharmaceutique engendre un scandale lié à un médicament responsable de plusieurs décès : c'est donc un sujet assez d'actualité. Ainsi quand Ben (Josh Duhamel) a la possibilité de faire tomber cet homme important, il en fait part à l'avocat Abrams (Al Pacino) mais, cela va lui causer bien des problèmes.
"Manipulations" est un film qui tient en haleine jusqu'au bout car les retournements de situation sont importants, notamment au niveau des protagonistes qui nous étonnent par leur agissement. Bref, l'intrigue est très bien ficelée.
Pour conclure, voilà là un bon thriller d'un peu plus d'une heure et demie qui nous offre un dénouement incroyable et inattendu.

dimanche 5 juillet 2020

Citations & extraits (51)


"Ne répète pas sottement ce que tu as entendu sans l'avoir examiné. Cela t'évitera de répéter des bêtises."

"Les femmes est les hommes sont de même nature et de même constitution."

"Si tu juges sur les apparences, disait ma mère, ce qui te paraîtra ne sera jamais la vérité.

"Il y a raison et raison... Celle qui nous libère de nos préjugés et celle de la raison raisonnable."

"Quand on a l'esprit troublé, les choses les plus frappantes ne se remarquent pas."

"S'occuper des fleurs est une tâche philosophique. notre esprit peut vagabonder librement."

"Il n'y a qu'un devoir, c'est celui d'être heureux."

samedi 4 juillet 2020

La petite copiste de Diderot - Danielle Digne





Jeune paysanne élevée dans l'amour des lettres, Félicité est engagée comme copiste chez Diderot. Initiée à l'esprit des Lumières, elle se passionne pour les combats de l'Encyclopédie, contre les dévots et les censeurs. Une complicité ambigüe se noue entre l'élève et le philosophe irrévérencieux. Félicité accomplira-t-elle ses rêves d'écriture et de liberté ? 






Ce roman est très passionnant, on apprend beaucoup sur le personnage de Diderot mais aussi, sur la période des Lumières. Ainsi, avec Félicité on suit l'avancement de l'écriture de L'Encyclopédie de Diderot et tout ce que cela engendre comme combat auprès des jésuites entre autres.
De plus, cette dernière aimant lire, elle nous conte également ses lectures et m'a notamment donné envie de découvrir quelques ouvrages comme "La nouvelle Héloïse" de Rousseau, "Le Religieuse" de Diderot et aussi "Lettres philosophiques sur l'intelligence des animaux" de Charles-Georges Leroy.
Aussi, j'ai beaucoup apprécié Félicité par son état d'âme, sa liberté aussi de penser et son franc parler bien réfléchis. Ainsi, on s'attache très vite à elle et je n'avais qu'une hâte c'est, qu’elle s'épanouisse davantage bien qu'auprès de Diderot, en tant que copiste et "amie", elle l'a toujours été.

"Être copiste est un vrai métier, que j'ai d'ailleurs mis à l'honneur dans un article de l'Encyclopédie". Je te le cite de mémoire : "C'est un homme qui sait bien écrire et bien lire. Il gagne sa vie avec ses deux talents en transformant pour les particuliers des ouvrages qu'on veut avoir ou plus corrects, ou doubles."

Pour terminer, ce roman est un véritable coup de cœur, la plume de Danielle Digne est magnifique car on retrouve la sensibilité qu'avaient les auteurs d'autrefois qui font aujourd'hui notre littérature classique. On ressent également sa passion pour l’Histoire car, on apprend beaucoup de choses de l'époque des Lumières et surtout, sur Diderot évidemment.
Bref, c'est un livre qui se lit vite aussi grâce aux chapitres qui son courts et sans temps mort que je vous recommande vivement si le sujet vous intéresse.

💗 LECTURE COUP DE CŒUR 💗

ALI



En faisant preuve de détermination, d'endurance physique, d'agressivité et d'intelligence, Muhammad Ali est devenu une légende vivante de la boxe américaine. Belinda, son épouse, Angelo Dundee, son entraîneur, Drew Brown, son conseiller, Howard Bingham, son photographe et biographe, et Ferdie Pacheco, son docteur, ont été les témoins privilégiés de sa carrière à la fois brillante et mouvementée que ce soit sur ou en dehors du ring.
L'ascension de Cassius Clay Jr. parmi les grands de la boxe débute en 1960, année durant laquelle il remporte une médaille d'or aux Jeux Olympiques. Débordant d'ambition, il passe professionnel et vise le titre mondial. Ses chances de gagner contre Sonny Liston, le tenant du titre, sont toutefois maigres. En effet, ce dernier n'a jamais perdu un combat. 

Mon avis : Ce film retrace l'engagement de celui qui changera de nom pour « Mohamed Ali » (son nom de naissance était Cassius Clay) aux côtés du mouvement Nation of Islam et ses relations avec le militant des droits de l'homme Malcolm X (wikipédia

Pour commencer, je ne savais pas du tout à quoi m'attendre avant de voir ce film , je m'attendais juste à suivre le parcours d'un boxeur célèbre à travers Will Smith. Et bien non, il n'y a pas que ça car il y a toute une partie en parallèle qui est très intéressante comme : le côté religion mais aussi, les idées de Malcolm X bref, je pense que pour mieux comprendre cette partie, il me faudra un deuxième visionnage de ce film plus tard.
Pour ce qui est maintenant de la vie de ce boxeur, on ne peut qu'admirer la performance de Will Smith qui incarne très bien ce personnage : ça se ressent à ses expression de visage etc... et pourtant, je ne connais pas du tout le vrai boxeur Mohamed Ali, juste vite fait de nom. On peut quand même constater qu'il faisait passer la boxe avant sa vie privée, qu'il a quand même collectionné les femmes si je puis dire et surtout, il avait une véritable confiance en lui lors des matchs au point de "se moquer" de ses adversaires.
Voilà là un film que j'ai vraiment aimé et devant lequel je n'ai pas vu le temps passer malgré qu'il dure un peu plus de 2h30.

vendredi 3 juillet 2020

Bonne journée !


Pas toujours facile de prendre en photos Sally.... c’est donc Mister Jack qui se joint à moi pour vous souhaiter une bonne fin de semaine !


jeudi 2 juillet 2020

Sleepers



Au milieu des années soixante, quatre gamins du quartier populaire de Hell's Kitchen de New York sont incarcérés dans une maison de redressement à la suite d'une plaisanterie qui tourne au drame. Onze ans plus tard deux d'entre eux, marqués à vie, retrouvent le gardien sadique et tortionnaire qui les a martyrisés lors de leur détention et l'abattent froidement. Les deux autres, devenus respectivement journaliste et substitut du procureur, fidèles à la loi de Hell's Kitchen, vont tout tenter, avec le soutien du curé du quartier et du parrain de la mafia, pour les sortir de là. 

Mon avis : Tout d’abord, je tiens à préciser avant tout que ce film est inspiré de faits réels sauf que le dénouement est différent de ce qu'il s'est passé en vrai : nous avons le détail à la fin du film et c'est plutôt horrible. "Sleepers" est également une adaptation du roman éponyme de Lorenzo Carcaterra.

Maintenant pour ce qui est de mon avis, c'est un film qui traite d'un sujet dur dans lequel on comprend très bien que les victimes de ce gardien sadique et de ses acolytes veulent se venger.
Sinon, il faut rester bien concentré dans l'histoire car, au début j'ai eu un peu de mal pour me repérer dans les personnages car on les voit jeunes et ensuite adultes donc pour savoir qui est qui : il faut bien retenir leur nom.
Il y a également un très bon casting dans les acteurs notamment De Niro, Brad Pitt, Dustin Hoffman Kevin Bacon et Jason Patric entre autres. Ils sont vraiment tous très bons dans leur rôle.
En conclusion, Barry Levinson qui est le réalisateur de Rain Man, nous offre là encore un très bon film.

mardi 30 juin 2020

A tombeau ouvert (Bringing Out the Dead)



Frank sillonne tous les soirs au volant de son ambulance l'un des quartiers les plus chauds de New York. Il opère dans l'urgence, hanté par toutes les vies qu'il n'a pas pu sauver.

Mon avis : Avec ce film, Martin Scorsese nous plonge à travers la vie d'un ambulancier (Nicolas Cage) dans un New York sombre où la pauvreté et la dangerosité règnent.
J'ai moyennement apprécié ce film qui pourtant est intéressant mais, l'ambiance est pour moi trop sombre. Du coup, il est un peu longuet et faut s’accrocher pour tenir jusqu'à la fin.
Au niveaux des acteurs, je les ai trouvé bons, on ressent bien leur côté désespéré surtout Patricia Arquette même si, j'ai préféré cette dernière dans le film Stigmata.
Bref, ce n'est ni un mauvais ni un très bon film mais, je ne regrette pas non plus de l'avoir vu même s'il risque d'être assez vite oublié.


lundi 29 juin 2020

Rain Man




A la mort de son père, Charlie Babbitt, homme d'affaires pressé, hérite d'une vieille Buick qu'il convoitait depuis longtemps mais se voit spolié de quelque trois millions de francs versés à l'Institution psychiatrique Wallbrook au profit d'un bénéficiaire anonyme. Charlie se rend a Wallbrook et découvre l'heureux bénéficiaire. Il s'agit de Raymond, savant autiste, celui qu'il appelait dans son enfance Rain Man, qui représente ses seuls souvenirs heureux et qui n'est autre que son frère.

Mon avis : Cela faisait longtemps que je n'avais pas revu ce film que j'ai acheté depuis peu en DVD et donc, après avoir lu le livre tiré du scénario, il était évident que le soir même je revois ce chef-d’œuvre.
On peut dire que Dustin Hoffman est remarquable dans son personnage, c'est là que l'on peut voir que c'est un grand acteur et pourtant, je ne me souviens pas avoir regardé tant de films avec lui : il va falloir que j'y remédie.
Sinon au niveau de l'histoire, elle est touchante, j'ai aimé cette complicité qui naît entre ces deux frères et au final, cela a été une thérapie pour Charlie d'avoir son frère à ses côtés.
Pour conclure, j'ai adoré ce film dont la bande-son d'Hans Zimmer est superbe également. Je vous l'a fait partager ci-dessous.


dimanche 28 juin 2020

Rain Man - Léonore Fleischer




A la mort de son père, Charlie Babbitt découvre qu'il est déshérité au profit de Raymond, dit "Rain Man", un frère autiste dont il ignorait l’existence. Décidé à récupérer sa part d'héritage, il l'enlève de l'hôpital psychiatrique où il vit. Alors commencent pour les deux hommes des jours d'errance qui vont bouleverser la vie de Charlie en lui enseignant ce qu'il avait toujours refusé : le besoin d'aimer. Le texte poignant d'un film au prodigieux succès.





J'ignorais l’existence de ce livre jusqu'au jour où je tombe dessus en bouquinerie : je n'ai donc pas hésité à l'acheter. Même si, il est écrit d’après le scénario du film c'est un réel plaisir de le lire surtout que ça fait longtemps que je n'ai pas revu le film.

Au début nous suivons un Charlie totalement imbus de sa personne qui éprouve aucun sentiments pour son frère Raymond et pourtant, quand ce dernier lui remémore des souvenirs d'enfance qu'il avait totalement enfouis, il change et admet qu'il a besoin de son frère et qu'il y a plus important que l'argent.
De son côté, Raymond, apprend ce qu'est la complicité entre frères et se dépasse en sentiments et apprend le contact physique : une chose qu'il ne supportait pas avant Charlie et Susanna, la copine de ce dernier.
"Rain man" est une histoire touchante par cette complicité que l'on sent évoluer entre Charlie et Raymond mais aussi, elle est drôle par certaines situations que Raymond engendre malgré lui.
Pour conclure, une fois ma lecture du livre terminée, j'aurai voulu qu’elle se poursuive encore tant j'ai aimé ce duo hors-du-commun. Bref, ayant acheté "Rain Man" en DVD il y a peu, je vais donc revoir  le film ce soir.

Bon dimanche !



jeudi 25 juin 2020

Danny the Dog



Bart a élevé Danny comme un chien, dressé pour tuer. A 30 ans, il ne connaît de la vie que son maître, la pièce dans laquelle il est resté reclus et les combats sanguinaires pour lesquels il est entraîné. Après un règlement de compte, Danny se retrouve seul, perdu. Sam, doux, humain, artiste, et sa belle fille mélomane le recueillent. A force d'amour, de patience et de gentillesse, Sam et Victoria vont défaire le long apprentissage de la violence qu'il a connue. 

Mon avis : C'est un film que j'avais vu il y a longtemps et cela m'a fait plaisir de le revoir hier. C'est vraiment un très bon film où Jet Li et Morgan Freeman sont excellents. L'histoire est émouvante, on ressent beaucoup de compassion pour Danny (Jet Li) et à côté de ça aussi, il y a de belles scènes de combats qui sont assez époustouflantes. J'ai également apprécié tout ces passages qui nous offre des morceaux au piano : c'est beau et touchant.
Bref, le scénario est peu banal dans lequel les acteurs incarnent à merveille leur personnage avec une psychologie bien travaillée.


mercredi 24 juin 2020

American Beauty



Une maison de rêve, un pavillon bourgeois discrètement cossu dissimule dans une banlieue résidentielle, c'est ici que résident Lester Burnhamm, sa femme Carolyn et leur fille Jane. L'agitation du monde et sa violence semblent bien loin ici. Mais derrière cette respectable façade se tisse une étrange et grinçante tragi-comédie familiale ou désirs inavoués, frustrations et violences refoulées conduiront inexorablement un homme vers la mort. 

Mon avis : Ce film nous plonge dans la bourgeoisie américaine avec des personnages stéréotypés jusqu'au jour où Lester Burnhamm (Kevin Spacey)  change du tout au tout et décide de profiter de la vie et d'être heureux. Cela donne alors des scènes cocasses et inattendues. Les personnages secondaires sont très bons aussi : notamment Wes Bentley qui incarne Ricky Fitts.
Cela faisait longtemps que je n'avais pas vu un tel film si juste et aussi drôle grâce à certaines scènes engendrées par des malentendus.
Pour conclure, "American Beauty" est un film à voir tant il est remarquable avec une bande-son aussi qui est superbe ! Bref, je ne suis pas prête de l'oublier.

Citations & extraits (50)


"Les songes ne sont que mensonges, bien que parfois révélateurs."